Association de jeux de rôles (Cannes)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Background

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
trickytophe
Administrateur Catcheur
Administrateur Catcheur
avatar

Nombre de messages : 6506
Age : 42
Localisation : Cannes
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Background   Jeu 26 Avr 2012 - 13:34

Cette chronique est issue des écrits de Thessalion, grand sage et philosophe de la cité libre d’Aphaëon.

Genèse

Dans le Grand Rien, le Cosmos s’enfanta de lui-même spontanément. Peu à peu, ses pulsations primordiales engendrèrent une conscience omnisciente et universelle. Cette forme d’intelligence originelle s’éveilla, s’organisa, s’interrogea et enfin se nomma. Ainsi, se créa Akos.

Après un temps de réflexion, Akos décida de quitter son antre originel, afin de voyager à travers le Cosmos, son géniteur. Son but était de mieux connaître celui-ci et les forces primaires qui le parcouraient. Au cours de ce voyage, Akos fut stupéfait par le vide absolu qui l’entourait. Il ressentit alors son premier vrai sentiment : une immense et intolérable solitude. Akos désira la vie. Il entreprit dès lors de la créer.

La création du Royaume Céleste puis de Kisa

De retour au centre du Cosmos, Akos modela celui-ci tout autour de lui. Par la puissance de son infinie volonté, il créa ainsi le Royaume Céleste qui serait à présent son refuge.

Puis, Akos se façonna une image, un corps pour évoluer au sein de son royaume et pour pouvoir l’arpenter.

Ressentant malgré tout toujours une profonde solitude, Akos se créa une compagne afin de ne plus souffrir de l’isolement. Ainsi, Kisa vint à la vie. Akos en fut comblé.

Ensembles, Akos et Kisa peuplèrent le Royaume Céleste d’une infinité de merveilles.

Des végétaux extraordinaires couvrirent le sol donnant au Royaume Céleste l’aspect d’un magnifique et luxuriant jardin. Une faune variée et nombreuse fut crée faisant de ce jardin un havre de vie.

La naissance des dieux

A la vue de leurs créations mutuelles, l’exaltation d’Akos et de Kisa fut incommensurable. Ce sentiment nouveau les poussa inéluctablement l’un vers l’autre. Alors, le futur père et la future mère de tous les dieux s’accouplèrent. Le Cosmos lui-même trembla des échos de leur union divine.

Nouméos fut le premier de leurs onze enfants. Il symbolise la Passion et la Puissance de ses parents.

Puis vint dans l’ordre des naissances successives :

Améa qui symbolise la Sagesse et la Sérénité d’Akos et Kisa.

Atéa qui symbolise la Pureté et la Beauté d’Akos et de Kisa.

Kerros qui symbolise la Force et la Vigueur d’Akos et de Kisa.

Irénéa qui symbolise l’Amour et le Désir d’Akos et Kisa.

Eterréa qui symbolise la Flore et la Faune, les premières créations d’Akos et Kisa.

Iphaïos qui symbolise l’Intelligence et la Soif de Création d’Akos et Kisa.

Janos qui symbolise l’Astuce et la Soif de Découverte d’Akos et Kisa.

Tétia qui symbolise la Compassion et la Miséricorde d’Akos et de Kisa.

Oséos qui symbolise la Clairvoyance et le Sens de la Justice d’Akos et Kisa.

Enfin vint Arcanos, le dernier des onze enfants, le Treizième Roi du Royaume Céleste. Arcanos symbolise l’Équilibre présent dans chacune des créations de ses parents. Il est l’Imparfait qui tempère le Parfait et inversement. Il incarne le Chaos Fondamental sans qui l’Ordre Primordial ne saurait exister.

La création de la Mer du Milieu et de la Terre Sacrée

La vie au sein de la petite communauté divine était insouciante. Elle était faite d’un bonheur et d’une joie éternels.

Mais, Arcanos, lui, souffrait intérieurement. Il ne supportait pas ce statu quo. Il en voulait plus. Selon lui, son existence divine ne pouvait se résumer à cela : vivre comme un bienheureux au sein de sa famille pour l’éternité. Alors, Arcanos osa ce qu’aucun de ses frères ni aucune de ses sœurs n’auraient osé tenter ou même simplement envisagé. Il quitta le Royaume Céleste afin d’enfanter sa propre création. C’est ainsi que furent fondées, au pied du Royaume Céleste, la Mer du Milieu et la Terre Sacrée.

Épuisé par un tel effort, Arcanos sombra dans un profond sommeil. Alertés dans leur propre chair, ses parents, ses frères et ses sœurs vinrent à son secours. Cependant, rien n’y fit. Arcanos restait inconscient, figé dans une sorte de coma tourmenté. Pensant qu’il en serait ainsi pour toujours, avec la bénédiction de leurs parents, en hommage à leur frère bien-aimé maintenant inaccessible, les autres enfants décidèrent de peupler ce nouveau monde si attirant. Comme leurs parents il y a bien longtemps, ils créèrent une multitude d’êtres et de choses. Ils tentèrent d’innombrables expériences avec plus ou moins de réussites. C’est de cette création bouillonnante que sont issues la plupart des races et des espèces actuelles.

Ils firent ainsi de la mer plate et du simple anneau de terre enfantés par leur jeune frère un monde bourdonnant de vie qu’ils baptisèrent Antika.

Le réveil d’Arcanos

Aussi soudainement qu’il y avait plongé, Arcanos émergea comme par miracle de sa longue torpeur. Sa famille en fut folle de joie. Tous fêtèrent dignement le retour du Dieu Prodige. Puis, les dieux firent visiter à leur jeune frère le monde qu’ils avaient créé à partir des bases qu’il avait jeté.

Arcanos entra alors dans une rage folle en faisant face aux créations de ses frères et de ses sœurs. Il les maudit de leur intervention. Il les traita de voleurs, d’usurpateurs et de profanateurs jaloux. Pour lui, ce monde ne pouvait être que le sien. Il jura de le récupérer, de le nettoyer des aberrations crées par ses pairs pour pouvoir le reconstruire à son image et selon son propre désir.

Akos et Kisa tentèrent de raisonner leur dernier fils mais rien n’y fit. Arcanos quitta le Royaume Céleste avec fracas. Il laissa derrière lui ses frères et ses sœurs désemparés et pleins de remords. Arcanos s’exila dans les profondeurs de la Terre Sacrée où il rumina sa colère et son désir de vengeance en refusant le moindre contact avec sa famille.

L’évolution du nouveau monde

Pendant ce temps, les créations divines évoluèrent. Les races et les espèces se civilisèrent et s’organisèrent en nations. Des territoires furent délimités. Des états commencèrent à se dessiner. Des sociétés variées et bigarrées naquirent peu à peu. Les limites de la connaissance mortelle furent repoussées par d’audacieux érudits. Bref, Antika devint un monde à part entière.

Les Dieux étaient alors proches de leurs créations et de leurs enfants. Souvent, ils quittaient le Royaume Céleste, inaccessible aux simples mortels, pour se mêler aux turpitudes de la vie ordinaire.

Les différents peuples leur rendaient naturellement hommage et des clergés se structurèrent afin de les honorer dignement. Toutes les races vouaient un grand amour et une confiance aveugle à Akos, à Kisa et à leurs enfants.

La Grande Guerre

Parallèlement, dans les profondeurs souterraines, Arcanos mûrit un plan horrible. Il créa une race à son image : les Ophidiens, à qui il donna de sombres pouvoirs. En effet, Arcanos apprit à ses enfants à maîtriser en partie le savoir interdit des dieux, la magie qui leur permet de créer et de transformer la réalité à leur guise. Ainsi, les ophidiens devinrent les maîtres des Sombres Arcanes, une magie dévoyée, impie et souvent sanglante.

Grâce à leurs nouveaux pouvoirs formidables, les ophidiens érigèrent peu à peu un immense empire souterrain à la gloire de leur père. Un empire dirigé d’une griffe de fer par une impératrice nommée l’Essa’San (que l’on peut traduire en langage commun par « Celle qui Dicte »).

Arcanos enfanta également d’autres créatures monstrueuses qui renforcèrent peu à peu les rangs déjà innombrables de l’Armée Impériale Ophidienne. Quand tout fut enfin prêt, le Dieu Exilé ordonna aux ophidiens de porter la guerre à la surface de la Terre Sacrée et d’y détruire toute forme de vie. Une guerre impitoyable débuta alors. Les ophidiens semblaient imbattables. La puissance destructrice des monstres d’Arcanos combinée aux pouvoirs impies des arcanistes ophidiens ravageait les pays et les eaux.

L’intervention des dieux

Désemparés face à cette tragédie et horrifiés par la folie de leur frère, les dieux avec la bénédiction de leurs parents décidèrent de s’opposer à cette apocalypse. Ils prirent les armes et quittèrent le Royaume Céleste pour se joindre aux combats.

Comme Arcanos, ils apprirent aux différents peuples à user de pouvoirs puissants sans pour autant dévoiler tous leurs secrets. C’est ainsi que les Arcanes Blanches furent créées en opposition aux Arcanes Noires ou Sombres Arcanes des forces ophidiennes.

Au cours de cette période riche en rebondissements et en tragédies, les dieux en proie à des sentiments nouveaux et à de grands doutes cédèrent à la tentation facile du réconfort de l’amour charnelle avec des mortels. De ces unions contre nature naquirent les demi-dieux aux pouvoirs incroyables, des héros à même de mener les forces coalisées de victoires en victoires.

Face aux succès militaires de plus en plus nombreux de ses créatures hybrides, Arcanos lui aussi décida de s’unir à des Ophidiens ou à d’autres créatures monstrueuses afin de rétablir l’équilibre des forces. Ainsi furent enfantés les terribles Titans. Mais, rien n’y fit. Inexorablement, les ophidiens étaient repoussés vers leurs profondeurs originelles par le courage des mortels, des dieux et des demi-dieux.

La Victoire Finale

A la tête d’une expédition punitive composée essentiellement de demi-dieux, Nouméos et Kerros parvinrent jusqu’au cœur de l’empire ophidien où siégeait Arcanos lui-même. Un combat impitoyable opposa les trois frères. Kerros y perdit d’ailleurs l’usage de son bras gauche, tranché par la lame maudite d’Arcanos.

Pendant ce combat divin, les demi-dieux présents affrontèrent l’Essa’San et sa garde personnelle composée des plus puissants Titans.

Finalement, Nouméos réussit à neutraliser son jeune frère et à le ramener au Royaume Céleste pour y être jugé face à Akos et à Kisa.

Couvrant le départ de son père contre les attaques de Targol, le chef des Titans, le premier fils de Nouméos, le célèbre Sémaphos, scella au prix de sa vie la Porte de l’Oubli qui relie magiquement l’empire souterrain ophidien à la surface de la Terre Sacrée. Il condamna ainsi les Ophidiens et leurs séides à rester sous terre pour l’éternité.

Le Jugement d’Arcanos

Véhément même face à ses parents, devenu fou par tant d’années d’exil, Arcanos ne regretta nullement ses actes. Au contraire, il jura de revenir à l’assaut et de vaincre un jour ou l’autre tous les Dieux.

Face à tant de haine, Akos et Kisa condamnèrent à regret Arcanos à être emprisonné dans les abîmes de la Mer du Milieu pour l’éternité. Tétia tenta de raisonner ses parents pour éviter à Arcanos un tel châtiment. Mais leur décision était prise.

Iphaïos forgea alors des chaînes indestructibles. Nouméos aida Kerros à ligoter Arcanos. Janos trouva l’endroit idéal pouvant accueillir la forteresse-prison qu’Améa et Atéa édifièrent au fond de l’océan. Oséos y enferma son frère. Eterréa convoqua alors les formidables Léviathans et leur ordonna de garder à jamais les portes du sombre cachot.

Le Déluge

Pour symboliser la tristesse des dieux après cette guerre horrible et ce jugement exemplaire, un terrible déluge s’abattit sur la Terre Sacrée comme pour la purifier.

Respectueux, les peuples mortels décidèrent de fonder à partir de cette date un nouveau calendrier (0 A.D).

Les Temps de l’Incertitude

La Grande Guerre a profondément affecté les dieux aussi bien que les mortels. Le temps de l’insouciance et du bonheur total est terminé.

Marqués par le conflit et la condamnation d’Arcanos, les dieux sont plus distants les uns envers les autres. Leurs liens intrafamiliaux sont moins forts et moins solidaires. Ils sont à présent également moins à l’écoute des mortels.

Les demi-dieux, traumatisés par les combats, délaissés par leurs parents divins, se sont souvent réfugiés loin de la civilisation et ont abandonné leur rôle salvateur de guide.

Les mortels, conscients de leur statut si fragile et de la précarité de leur existence, sont plus enclins à l’égoïsme et à la jalousie. Les oppositions territoriales, les conflits d’intérêt et les courses au pouvoir ne se comptent plus. L’animosité entre les peuples et les nations sont devenus monnaie courante. Elle plonge peu à peu les mortels dans de nouveaux abîmes de douleur, de souffrance et de guerre.

A présent, dans un monde bouleversé qui panse encore ses plaies, de nouvelles menaces se font jour.

Base d’univers et de background inspirée en autre des Chroniques de l’Empire du Soleil, mon premier « pseudo jdr perso » crée il y a plus de 15 ans (comme le temps passe…).

_________________
Camilla : Vous devriez, monsieur, vous démasquez.
L'étranger : Vraiment ?
Cassilda : Vraiment, il est temps. Nous avons tous ôté nos déguisements, sauf vous.
L'étranger : Je ne porte pas de masque.
Camilla (terrifiée, à Cassilda) : Pas de masque ? Pas de masque !
Le Roi en jaune, acte I, scène II.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Background
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Background Personnages
» [RESOLU] Background selon le lieu et sauvegarde
» Background du LA géant
» [Background/Officiel] Calendrier impérial
» theme background mois de mai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 3 Cercles :: Les jeux de rôle actuels :: Les jeux de rôle en stand-by pour le moment :: Antika-
Sauter vers: